La seule façon d'y arriver

Comment ça va? Sérieusement, comment vous sentez-vous aujourd’hui?


Oui, les temps sont durs et c’est normal que votre moral soit affecté. La pandémie s’éternise avec la 2e vague qui frappe encore plus fort que la première. Les nouvelles dans le monde ne sont pas très réjouissantes et on se dit que lorsqu'on aura réussi à passer la crise sanitaire, il nous restera encore la crise climatique. Ouf, tout ça semble lourd…


Je me considère privilégiée dans cette pandémie. J’avais une situation personnelle, familiale, financière et professionnelle qui n’a pas été chambardée du jour au lendemain avec les nouvelles. Malgré tout, je sens que ma santé mentale n’est pas à son meilleur et j’ai beaucoup d’empathie pour tous ceux et celles qui sont dans des situations plus difficiles que la mienne. Pour toutes les personnes atteintes par la maladie ou qui ont perdu des proches, pour ceux qui ont perdu leurs emplois ou qui doivent fermer leur entreprise, pour les travailleurs de la santé qui sont débordés et qui s’exposent constamment au risque d’attraper la maladie, pour les enseignantes et enseignants qui se font imposer des changements régulièrement et qui doivent s’adapter tout en supportant leurs élèves… Nous ne sommes pas tous égaux face à cette crise.


On se doit d’être indulgent envers nous-mêmes et envers les autres. On ne peut pas s’attendre à être efficace à 100% quand une partie de notre cerveau est préoccupé à suivre les évènements du quotidien et la gestion des consignes changeantes. Nos collègues, employés et partenaires vivent peut-être des situations difficiles. Pourquoi ne pas simplement leur demander honnêtement comment ils vont et s’intéresser à leur bien-être? Plus que jamais, il est temps de se soutenir et de travailler ensemble à résoudre cette crise que nous traversons tous.


Lever de Terre au-dessus de la surface lunaire, photographié par l’équipage de la mission Apollo 8.

Il peut être difficile de le voir, mais la situation apporte aussi du positif à plusieurs endroits. Oui, il peut être difficile de changer nos façons de faire. Il faut beaucoup d’adaptation et faire preuve de résilience. Mais la crise actuelle est aussi un terreau fertile pour la créativité, sortir des sentiers battus et proposer de nouvelles façons de faire. Plusieurs personnes et organismes se réinventent et nous voyons de nouvelles idées émerger de partout. Cette pandémie a un impact négatif sur nos vies, mais du positif en ressortira aussi.


Pour la conférence du RSST en février, nous voulons justement miser sur ce positif, prendre soin de nous et montrer nos bons coups. C’est en travaillant ensemble que nous nous en ressortirons plus forts. J’ai hâte d’y interagir avec gens passionnés de partout au Canada, de nous retrouver virtuellement et de nous soutenir dans nos missions. Joignez-vous à nous!


Je crois fondamentalement que nous devons nous unir pour passer au travers des crises. Je travaille en astronomie et je dis souvent que, bien que nous puissions regarder au loin avec des instruments de plus en plus sophistiqués, le plus grand héritage de ces découvertes est le regard qu’elles nous donnent de notre planète. Vue de l’espace, la Terre est une petite bille bleue perdue dans l’immensité de la noirceur de l’univers. Tous les humains que nous connaissons sont sur cette même bille que nous, quelles que soient leurs valeurs et opinions. Pour grandir en tant qu’espèce, évoluer et se sortir de situations difficiles, on se doit de travailler ensemble vers un bien commun pour tous. La polarisation des idées et le clivage qui semble se creuser entre divers groupes paraissent bien futiles à cette échelle. Plus que jamais, nous devons nous unir, passer par-dessus nos opinions parfois divergentes et collaborer afin de rendre demain possible et meilleur. C’est la seule façon d’y arriver.


Chercher par étiquette