En souvenir de Stephen Hawking

06/04/2018

Stephen Hawking était reconnu mondialement lorsque je l’ai rencontré en 2010 à l’Institut Perimeter. Les chercheurs présents le connaissaient depuis bien plus longtemps, depuis ses débuts en tant que cosmologue extraordinaire, quoique alors inconnu.

 

Mais lorsqu’il a visité Waterloo, en Ontario, il n’était plus une étoile montante; il était bien ancré dans le firmament des célébrités

 

C’est lors de sa visite à Perimeter, en tant que titulaire émérite d’une chaire de recherche, que j’ai pu poser une question à laquelle même M. Hawking n’a pu répondre. Nous visitions un agrandissement de Perimeter auquel M. Hawking avait accepté de prêter son nom — la seule fois qu’il ait accepté — et les travaux de construction étaient en cours.

 

Le ciment et l’acier s’entrecroisaient pour former l’ossature de ce qui deviendrait le Centre Stephen Hawking, mais à ce moment, on ne pouvait pas deviner à quoi cela pourrait un jour ressembler. Après la visite, j’ai demandé à M. Hawking « Que pensez-vous de l’édifice? » Puisqu’il n’avait pu voir que les poutres d’acier et les dalles de béton, il a répondu en toute honnêteté : « Je ne sais pas! »

 

En 2012, alors qu’il effectuait un autre séjour de recherche, je lui ai confié que je prenais un énorme plaisir à raconter l’histoire de mes capacités « effarantes » pour poser des questions. Il a été pris d’un rire profond, qui a secoué tout son corps.

 

Ce fut édifiant d’observer les chercheurs de Perimeter interagir avec M. Hawking; ils étaient empreints d’un profond respect, évidemment, mais ils travaillaient quand même en maintenant le statu quo dans leur approche. Ensemble, ils se plongeaient tous dans le travail et beaucoup de débats ont eu lieu sur une panoplie de sujets.

 

Peu de gens arrivent à la cheville de Stephen Hawking en matière de communication scientifique. L’image emblématique qu’il a donnée à la science de façon générale, et à la physique en particulier, est en grande partie attribuable à son engagement envers la promotion de la science — y compris ses mystères et ses prodiges; son importance et sa valeur. Son livre, Une brève histoire du temps, et ses discours ont su apporter les grandes merveilles de l’espace et de la physique théorique dans le quotidien des gens. Tout au long de sa carrière, il n’a jamais remis en question son dévouement pour élargir la portée et l’accessibilité de la science.

 

Depuis les moments que j’ai passés avec lui au cours de ces deux visites, j’ai su connaître non seulement Stephen Hawking la célébrité, mais le scientifique et le père. J’ai également pu entrevoir son humour, sa patience et sa réflexion.

 

Alors que je pensais à la chance que j’ai eue d’avoir pu le rencontrer, j’ai décidé de communiquer avec d’autres membres du RSST pour recueillir leurs souvenirs de M. Hawking. Il est évident que tous les gens qui l’ont rencontré ne l’oublieront pas de sitôt.
 

 

Alison Symington – Directrice, Strategic Life Science Consultant

L’une de mes favorites citation de Stephen Hawking est «Regardez les étoiles en portant votre regard en haut et non vers vos pieds. Essayez de donner un sens à ce que vous voyez et interrogez-vous sur la raison d’être l’univers. Soyez curieux. » Je l’utilise à maintes reprises lorsque je m’adresse à des étudiants et au public. Cette citation représente bien ce qui définit le métier de scientifique : la curiosité. Cette citation représente également pour moi la voie de la science, le processus nécessaire à la compréhension des choses, et pas seulement la réponse finale. Ses collègues le considéraient comme un expert de haut niveau dans son domaine, qui est d’ailleurs incroyablement complexe, et il est vraiment devenu l’une de nos seules célébrités scientifiques, tout en affrontant des problèmes de santé physique qui auraient poussé plusieurs d’entre nous à nous demander si on aurait pu réussir. Cela est tellement important. Tout comme le monde des sports, la science a besoin de ses champions pour démontrer l’importance de comprendre le monde qui nous entoure. La science et la société sont redevables à Stephen Hawking pour son inspiration et son intelligence.

 

Sandra Corbeil — Directrice, partenariats et réseaux stratégiques, Ingénium

En tant que communicatrice scientifique, j’essaie d’éveiller la curiosité. Stephen Hawking m’a inspiré par la manière dont il a réussi à humaniser la science. Deux membres de ma famille ont souffert de la SLA et je sais que c’est une maladie bien cruelle. Le fait qu’il a malgré tout continué à se donner corps et âme dans son travail et qu’il a exploré les questions qui ont piqué sa curiosité démontre pour moi que l’esprit humain est capable de choses extraordinaires. S’il avait « seulement » été cet esprit brillant et extraordinaire doté de persévérance, il aurait quand même réussi à marquer les gens, y compris moi-même. Mais pour moi, c’est son sens de l’humour qui vient compléter le tableau. Je me rappelle l’avoir vu jouer un jeu de cartes avec Newton, Einstein et Data dans un épisode de la série Star Trek en 1993. Ce passage à cette émission, et bien d’autres comme Big Bang Theory, ont su montrer au monde entier que les scientifiques sont des gens comme eux : bien qu’ils consacrent leurs carrières à des idées complexes, ils sont capables de s’amuser et de ne pas se prendre trop au sérieux.

 

Julie Bolduc-Duval — Directrice, À la découverte de l’Univers

Lorsque je pense au legs de Stephen Hawking, je peux affirmer qu’il a eu une incidence positive sur ma carrière. J’ai lu Une brève histoire du temps alors que j’avais 17 ans; à l’époque, ma curiosité face à l’astronomie et les grandes questions de l’univers venait d’être piquée : Comment s’est formé l’univers? Comment évolue-t-il? Ce livre a su répondre à quelques-unes de ces questions, mais il en a surtout soulevé bien d’autres et m’a donné l’envie d’étudier encore plus pour pouvoir mieux comprendre. C’est la lecture de ce livre qui m’a convaincu d’étudier la physique et l’astronomie à l’université. Il m’a également montré que même les notions les plus complexes peuvent fasciner le public si elles sont bien expliquées, en faisant fi des équations mathématiques complexes. Maintenant que je travaille dans le milieu de l’éducation et de la diffusion scientifique, c’est une leçon qui s’avère des plus importantes!  
 

Tobi Day-Hamilton – Directrice, communications et initiatives stratégiques, Institute for Quantum Computing

Le 21 septembre 2012, j’ai ressenti ce que c’était être bouche bée devant une célébrité. C’était lors de l’ouverture du Centre Lazaridis Quantum-Nano à l’Université de Waterloo. La trépidation planait dans la salle, où près de 2 000 personnes occupaient l’atrium du nouveau centre. Les corridors, les escaliers, les balcons : l’endroit débordait de gens qui attendaient de pouvoir entendre nul autre que le professeur Stephen Hawking. Mais les plus fébriles étaient les étudiants, qui attendaient par centaine dehors en espérant entrevoir le célèbre physiciste.

Tout au long des cérémonies officielles d’ouverture (pendant lesquelles M. Hawking a observé l’édifice de nanotech et a lancé « je croyais qu’elle serait plus petite »), nous pouvions entendre les étudiants clamer « Hawking. Hawking. Hawking ». À un moment donné, pendant un discours, un étudiant particulièrement téméraire a tenté de grimper par la fenêtre pour mieux voir. Ces jeunes gens étaient éblouis… par un physiciste! Les cérémonies terminées, les portes se sont ouvertes et M. Hawking s’est promené parmi eux dans son fauteuil roulant. Leurs visages se sont illuminés. Ils se sont mis à crier et à applaudir. J’ai entendu des étudiants dire qu’ils n’oublieront jamais ce moment. Grâce à ce simple geste, le professeur Hawking a laissé une profonde trace dans le cœur de ces étudiants. Son travail a inspiré des générations à donner libre cours à leur curiosité face au monde qui les entoure, et sa capacité à établir des liens avec les gens a su inspirer tous ceux qui l’ont rencontré.
 

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Please reload

Chercher par étiquette
Please reload